Ne laissons pas mourir le chemin de fer du Vivarais (http://trainduvivarais.org)

Publié le par tchou tchou

Mis en ligne le dimanche 20 avril 2008
par Christian Périllon (
http://trainduvivarais.org)

Le 10 avril, le conseil général de l’Ardèche, actionnaire majoritaire du Chemin de Fer du Vivarais prenait la décision de suspendre les circulations du Mastrou.

Comment en sommes nous arrivés là ?

A la fermeture du réseau des CFD en 1968, une poignée d’amateurs décide de sauvegarder 33 kilomètres de ligne entre Tournon et Lamastre. Sans aucune aide, ils vont conserver un patrimoine exceptionnel : 9 machines à vapeur, des autorails et une centaine de véhicules remorqués. Au fil des années, ils vont devenir un des tout premiers chemins de fer touristiques français. Mais cette ligne musée sera aussi un des tout derniers bastions de la vapeur en France et un des derniers représentants de ces réseaux secondaires qui sillonnaient jadis notre pays.

En 1968, il n’existe aucun statut pour un chemin de fer touristique. Le chemin de fer du Vivarais se verra donc contraint d’acheter son matériel roulant, sa voie ferrée, ses gares… Le CFV est aujourd’hui un des seuls chemins de fer propriétaire de ses infrastructures et de son matériel, à charge pour lui d’assumer la totalité de l’entretien et des réparations.

Si l’exploitation du CFV est bénéficiaire, ces maigres bénéfices ne permettent que l’entretien courant du matériel et en aucun cas les investissements importants nécessaires pour du matériel en grande partie plus que centenaire et imposés par une règlementation se renforçant.

Après avoir fonctionné sans aucune aide de collectivités publiques ou locales pendant 35 ans, le département de l’Ardèche devenait actionnaire du CFV en 2004. Cependant, aucun changement n’intervenait dans le fonctionnement du Mastrou, certains investissements étaient réalisés mais en grande partie sur les fonds propres du chemin de fer, créant ainsi un déficit d’exploitation et ne permettant en aucun cas la réalisation des rénovations nécessaires à la pérennité du Mastrou. Si 7km de voies ont été refaits, les locomotives à vapeur ne sont pas en état de circuler en ce début de saison et le parc remorqué n’a pu être remis en état.

Depuis 40 ans, les bénévoles de l’association SGVA se sont battus pour que vive ce train. Ils ne peuvent se résoudre à voir disparaitre cette magnifique ligne musée, premier site touristique de l’Ardèche du nord et attirant chaque année 60000 visiteurs.

Oui, le chemin de fer du Vivarais est viable économiquement parlant. Pour cela, il faut que la gestion de ce chemin de fer soit identique à celle des autres chemins de fer touristiques ; à savoir :
- que l’infrastructure et son entretien soit confiés aux collectivités locales ;
- qu’une société compétente ait en charge l’exploitation et l’entretien courant du matériel.

A ce jour, seule une mobilisation générale de tous (locaux, élus, passionnés de chemin de fer) permettra de sauver le Mastrou. Il n’est pas trop tard.

C’est pourquoi nous vous invitons à envoyer le courrier disponible sur http://trainduvivarais.org/spip.php?article144 à:

Monsieur le Président du Conseil Général
Hôtel du département
Quartier la Chaumette - BP 737
07007 PRIVAS cedex

Il faut agir rapidement et avec force. Une action similaire avait permis il y a quelques années la sauvegarde des chemins de fer de Provence.

Nous comptons sur vous. Merci !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article